Un voyage au Burkina Faso enrichissant pour les jeunes campinois

Le 22 décembre dernier, l’heure était aux souvenirs pour plusieurs campinois. La restitution d’un voyage au Burkina Faso, effectué en février 2017, a été organisée à la Maison pour tous du Bois-l’Abbé. Durant deux semaines, quatorze jeunes (dix originaires du Bois-l’Abbé, quatre du Plateau) ont pris part à ce projet humanitaire et sont venus soutenir la population locale. Logés dans une auberge au sein d’un village burkinabé, ils ont pu mener à bien diverses actions : aménagement d’un champ agricole, sécurisation d’un puits, rénovation d’un orphelinat (où ils ont proposé plusieurs animations), échanges culturels (danses, cadeaux) et visite de l’ambassade de France.

Recul et prise de conscience

Accompagnés des animateurs campinois Serge ADIEN (Plateau), Lamine TRAORE (Bois l’Abbé) et Stéphanie MENDY (Plateau/Bois l’Abbé), les explorateurs ont bénéficié d’une pérégrination riche en émotions.

A 17 ans, Djalla, résident du Plateau, a eu une réelle prise de conscience.

Cette soirée «reconstitution» a permis à l’assemblée, composée d’une trentaine de jeunes, d’animateurs et de Fily KEITA-GASSAMA, élue chargée de la jeunesse, d’appréhender au mieux l’intensité et la richesse du projet, via un film d’une vingtaine de minutes retraçant le voyage.

Découvertes enrichissantes

A l’instar de Djalla, la plupart des voyageurs sont revenus du Burkina Faso plus matures et déterminés, en y constatant la dureté de la vie. Certains ont repris les cours de manière plus assidue, d’autres ont entrepris des formations.

Cet échange culturel, rendu possible par le soutien du Conseil Général, de la réserve parlementaire, du service jeunesse de la Mairie et de plusieurs associations (notamment ADESAF), s’est avéré productif. Les quatorze campinois ont pu apprécier la valeur du travail, découvrir une nouvelle culture et les centres d’intérêts de jeunes de leur âge (avec qui ils communiquent toujours via les réseaux sociaux). La Direction de la jeunesse poursuivra l’organisation de séjours de solidarité en 2018/2019. Ces expériences de partage et d’échange demeurent un levier important d’action citoyenne.