Les Débatteurs : des collégiens à l’argumentaire tranchant

Des élèves du collège Elsa Triolet vont passer sur France 2, ce mardi 15 novembre, dans le film Les Débatteurs. Il a été tourné l’année dernière, au cours d’ateliers de débats.

Julie Chauvin filme les élèves qui participent aux ateliers de débats pour réaliser un film dessus.

Julie Chauvin filme les élèves qui participent aux ateliers de débats au collège Elsa Triolet.

Le droit de vote pour les mineurs, le référendum, les frontières et les migrants, les tenues vestimentaires dans l’espace public… C’est autour de ces thèmes qu’une vingtaine d’élèves du collège Elsa Triolet vont débattre pendant l’année scolaire, environ deux fois par mois sur le temps de la pause repas. Le principe : deux équipes s’affrontent. L’une avance un argumentaire en faveur du sujet, l’autre en opposition. Les élèves ne choisissent pas dans quelle équipe ils se retrouveront.

La plupart des participants ont déjà participé à l’atelier l’année dernière. Ils avaient alors été filmés par Julie Chauvin. Son court-métrage, Les Débatteurs, a été lauréat de la quatrième Édition du concours Infracourt. Il sera diffusé dans la nuit du 15 au 16 novembre sur France 2, dans le cadre de l’émission Infracout, à minuit. « Cette année, je vais les suivre jusqu’en juin. Je réalise un film documentaire, de 52 minutes précisément, pour la chaîne LCP, sur les débatteurs », explique la réalisatrice.

Savoir se défendre

Si le niveau monte d’un cran pour Julie Chauvin, ce sera aussi le cas pour les élèves. « L’année dernière, vous étiez en 4ème, vous avez appris à aller rechercher vos informations et à construire vos arguments, explique Salem, de l’association Point écoute, qui anime les débats. Cette année vous êtes en 3ème, vous avez plus d’expérience, vous savez plus de choses. Il va falloir se mettre à la place de l’adversaire pour mieux le contrer. »

Les jeunes semblent prêts à relever le défi, y compris lorsqu’il s’agit de défendre des idées avec lesquelles ils ne sont pas d’accord. « C’est dur quand on pense le contraire mais au final, ça permet d’apprendre de nouvelles choses », assure Ana Raquel, une des participantes. Pour Zaïnoudine, qui vient de rejoindre les débatteurs, l’intérêt est réel : « Je veux apprendre à me débattre pour savoir me défendre, dans la vie, si tu n’as pas les bons arguments tu ne peux pas défendre tes idées ». Et leurs idées, il va falloir les affirmer : les organisateurs de l’atelier aimeraient que les jeunes débattent à l’Assemblée nationale !